Remonter Les bois Les cuivres Les percussions Lexique

UN LEXIQUE DES INSTRUMENTS: description et histoire

Avec par ordre d'entrée en scène:

Basson,Bongos,
Caisse claire, Castagnettes, Clarinette, Clarinette basse, Claves, Cloches de vache, Cloches tubulaires, CorCymbales, Cymbales frappées, Cymbales suspendue,
Flûte traversière, Flûte Piccolo
Glockenspiel, Gong, Grosse Caisse,
Hautbois,
Maracas, Marimba,
Saxophone Alto, Ténor, Baryton
Tam Tam, Tambour de basque, Timbales, Triangle, Trombone, Trompette, Tuba,
Vibraphone,
Woodblock,
Xylophone

 

BASSON

C'est l'instrument le plus grave de la famille des bois. Il s'appelle basson car il a un son grave et doux. En Allemagne, il tire son nom de sa forme, puisqu'il s'appelle Fagot. C'est vrai qu'il ressemble à deux morceaux de bois liés ensembles comme un fagot. On le distingue facilement car il est le seul à avoir son pavillon tourné vers le haut. De plus, il est si lourd qu'il faut l'accrocher à une courroie passée autour du cou.

HISTOIRE

Renaissance : XVIe siècle Son nom de l’époque, "douçaine" ou "dulcian", lui vient de la douceur de sa sonorité. Les premiers bassons existent en plusieurs tailles et sont fabriqués d'une seule pièce. Seuls les instruments les plus graves sont alors vraiment utilisés.

Baroque Classicisme : XVIIe-XVIIIe siècle Il a fallu du temps et de la patience pour arriver à le faire sonner juste ! Le basson est tout d'abord amélioré pour servir de basse au hautbois dans les orchestres de Lully. En Espagne il est très répandu dans les églises.

Romantisme : XIXe siècle On essaie de lui appliquer le système de clés de Boëhm, mais la sonorité du basson en est fortement modifiée. C'est l'Allemand Heckel qui trouve enfin le système qui va s'imposer définitivement en modifiant la matière, la perce et les clés.

BONGOS

Les bongos sont de petits tambours à une peau qui viennent des Antilles, où ils sont joués traditionnellement avec les mains.

CAISSE CLAIRE

Elle a pour origine le tambour à l'histoire millénaire. Sa technique de jeu élaborée demande de la virtuosité et donc un entraînement régulier au percussionniste. Le tambour militaire, dévolu aux musiques guerrières et aux rythmes puissants et carrés, est maintenant remplacé à l'orchestre par la caisse claire. Le timbre plus fin de cette dernière lui permet de tenir un rôle de soliste précis et délicat dans de nombreux passages orchestraux.

HISTOIRE

Moyen Age : VIe-XVe siècle Le tambour est introduit en Europe par les Sarrasins : il est petit, muni d'une chanterelle et joué par les jongleurs et les ménestrels. Au XIVe siècle, l'école bâloise de fifres et tambours se répand en Europe. Le tambour mesure alors 75 centimètres de hauteur.

Baroque : XVIIe siècle Le tambour fait ses débuts dans l'orchestre, mais il ne sert encore qu'à des effets assez limités : imitation de l'orage, idée de guerre ou de cataclysme et marches funèbres.

Romantisme-temps modernes : XIXe-XXe siècle Les dimensions du tambour du Moyen Age diminuent et il devient la caisse claire, dont le volume sonore moins important et la sonorité plus fine s'intègrent mieux à l'orchestre moderne. Rimski-Korsakov, Stravinski et Ravel lui confient enfin quelques solos

CASTAGNETTES

Simples morceaux de bois entrechoqués, les castagnettes ont pour origine le claquement ancestral des mains. Si les castagnettes du flamenco sont en bois, il en existe en métal, en Inde et en Afrique du Nord.

CLARINETTE

Vaste famille que celle des clarinettes! Leur timbre chaleureux est inimitable. Autrefois dans les aigus, la clarinette sonnait comme une petite trompette, le clarino en italien, d'où son nom. Dans la famille des bois, c'est l'instrument qui peut jouer le plus de notes du grave à l'aigu.

HISTOIRE

Moyen Age-Renaissance : XVe-XVIe siècle Son ancêtre est le chalumeau, instrument rudimentaire en bois, percé de huit trous.

Baroque-classicisme : XVIIe-XVIIIe siècle L'Allemand Jean-Christophe Denner perfectionne le chalumeau. Il perce un trou supplémentaire permettant d'atteindre les notes aiguës, ajoute un pavillon et installe deux clés. Mozart se prend d'affection pour la clarinette et écrit de nombreux morceaux pour elle: les pièces pour clarinette les plus connues sont probablement le Quintette et le Concerto pour clarinette de Mozart.

Romantisme-temps modernes : XIXe-XXe siècle Comme elle ne peut pas jouer toutes les notes, on lui ajoute encore trois autres clés. Elle en possédera jusqu'à treize. Il faut attendre 1840 pour qu'Auguste Buffet lui adapte le système de clés de Böhm. Depuis, la clarinette connaît un grand succès. Les musiciens de jazz de notre siècle ont beaucoup fait pour cet instrument, en particulier le virtuose Benny Goodman.

AUTRES CLARINETTES

La clarinette basse: On la reconnaît aisément à son corps incurvé, caractéristique des instruments graves. Elle est deux fois plus grande que la clarinette en la, donc deux fois plus grave. Une clé supplémentaire lui permet d'atteindre des notes très graves, aussi résonnantes que celles de la contrebasse. La clarinette basse est en si bémol. C'est un instrument transpositeur.

Le cor de basset: C'est une clarinette en fa, plus grave que la clarinette. Cet instrument transpositeur comporte un bocal incurvé où l'air passe en zigzaguant avant d'atteindre le pavillon. On le rencontre quelquefois dans l'orchestre classique ; cependant il est souvent remplacé par la clarinette alto.

La clarinette Mi bémol: Elle est courante dans l'orchestre classique. En revanche, dans le jazz, où sa sonorité prend une couleur insolite, elle est moins fréquente. La petite clarinette est en mi bémol. C'est un instrument transpositeur.

CLAVES

Simples morceaux de bois entrechoqués, les claves sont issues du claquement ancestral des mains. Elles viennent de la musique traditionnelle cubaine.

CLOCHE DE VACHE

Elle est le plus souvent en fer blanc. Elle intervient dans l'orchestre symphonique au XXe siècle, dans la musique de jazz et dans la musique de danse latino-américaine.

CLOCHES TUBULAIRES

Créées à l'origine pour imiter les cloches d'église, elles peuvent, grâce à leur organisation en clavier, jouer des mélodies et des accords tout en conservant leur caractère solennel.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C.Les cloches sont à rapprocher des "simandres", connues dès le Ve siècle avant J.-C. dans l'Eglise orientale. Ce sont de grandes plaques de bois ou de métal suspendues à un portique, que l'on frappe pour appeler au recueillement et à la prière.

Moyen Age : VIe-XVe siècle Les cloches sont accrochées et secouées à la main par les sonneurs ; disposées en carillon, elles sont frappées par des marteaux commandés par un clavier rudimentaire.

Temps modernes : XXe siècle Employées dans l'orchestre depuis le début du siècle, les cloches figurent aussi dans les cintres de certains théâtres, mais leur encombrement et leur poids ont conduit à l'invention des cloches tubulaires.

COR

Il a un large pavillon qui s'ouvre vers l'arrière et une forme enroulée bien caractéristique. Autrefois utilisé essentiellement comme instrument d'appel à la chasse, il tient aujourd'hui à l'orchestre un rôle brillant, surtout dans la musique classique et romantique. Il possède quatre pistons qui permettent de jouer toutes les notes de la gamme et de changer de tonalité, mais on peut aussi modifier la hauteur du son en introduisant la main dans le pavillon.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Les ancêtres du cor étaient des conques marines et des cornes d'animaux. Instruments de la chasse et de la guerre, ils avaient pour fonction première d'effrayer un animal ou un ennemi.

Moyen Age-Renaissance : VIe-XVIe siècle Taillé dans une défense d'éléphant ou d'un autre animal, il s'appelait alors l'olifant et était très populaire. A Roncevaux, Roland jouait de l'olifant pour appeler Charlemagne à son secours. Mais les soldats comme lui utilisaient plutôt un cor en métal de forme circulaire.

Baroque : XVIIe siècle Le cor de chasse, qui à l'origine n'était qu'une trompe, s'allonge et, pour ne pas être trop encombrant, s'enroule sur lui-même.

Classicisme : XVIIIe siècle Au début du XVIIIe siècle, on a l'idée de faire varier la longueur du tube de l'instrument en ajoutant des petits tubes de longueurs différentes : le cor de chasse devient alors le cor d'harmonie. En 1750, un corniste fait une autre découverte importante : il s'aperçoit par hasard qu'en mettant la main dans le pavillon il obtient une note plus haute d'un demi-ton.

Romantisme : XIXe siècle Il est muni de pistons avant même la trompette, mais ceux-ci ne seront vraiment adoptés qu'à la fin du XIXe siècle

CYMBALES

De tout temps les cymbales ont été synonyme d'éclat, qu’elles résonnent dans les musiques d'apparat, de guerre ou de célébration religieuse.Il en est toujours de même aujourd'hui dans l'orchestre symphonique où on emploie les cymbales frappées pour leur brillance et dans le jazz, qui fait usage de cymbales suspendues. C'est dans la musique du XXe siècle que, jouées en longs roulements ou en accords, elles révèlent leur caractère sombre et poétique.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Connues des Assyriens et des Égyptiens dès le VIIe siècle avant J.-C., les cymbales arrivent en Europe au Moyen Age.

Classicisme : XVIIIe siècle Elles sont jouées dans l'orchestre classique avec la grosse caisse dans des divertissements musicaux dansés que l'on appelait les "turqueries".

Temps modernes : XXe siècle A la fin du siècle dernier, on sépare les deux cymbales frappées, pour en poser une sur un pied et la jouer avec une baguette au sein de l’orchestre : c'est la cymbale suspendue, qui fait également partie de la batterie de jazz dès le début de notre siècle.

CYMBALES FRAPPÉES

Leur timbre éclatant colore ponctuellement la musique d'orchestre, alors qu'il est omniprésent dans les musiques de jazz et de rock.

CYMBALE SUSPENDUE

La cymbale suspendue est posée sur un pied lui permettant de résonner librement. On en joue avec des baguettes de bois, de fil ou de feutre selon la sonorité désirée. Elle est un des éléments de la batterie de jazz.

FLÛTE TRAVERSIÈRE

Il existe toutes sortes de flûtes. Certaines se jouent même en soufflant l'air par le nez, comme en Polynésie. Elles peuvent se tenir verticalement, comme la flûte de pan ou la flûte à bec, ou horizontalement et de travers, telle la flûte traversière. La flûte traversière est la seule flûte admise dans l'orchestre moderne : c'est l'un des instruments les plus agiles.

HISTOIRE

Moyen Age Renaissance : VIe-XVIe siècle D'origine orientale, elle arrive en Europe par Byzance au Moyen Age. C'est un simple tube cylindrique en bois, percé de 6 trous. Elle s'impose d'abord en Allemagne, alors qu'en France c'est plutôt sa sœur la flûte droite, "à bec", qui lui est préférée.

Baroque : XVIIe siècle Le Français Jacques Hotteterre transforme l'instrument en lui donnant une perce conique et en montant une clé. Le son devient plus doux, plus velouté.

Classicisme : XVIIIe siècle La flûte traversière connaît alors une très grande vogue et les princes ne dédaignent pas d'en jouer. C'est à cette époque qu'elle supplante définitivement la flûte à bec. Les facteurs d'instruments l'améliorent encore et à la fin du siècle elle possède 4 clés.

Romantisme : XIXe siècle En 1832, l'artisan allemand Theobald Böhm donne à la flûte traversière l'aspect que nous lui connaissons : une perce cylindrique et un diamètre d'embouchure agrandi. Mais surtout, il place les trous de manière à obtenir des notes justes - sans s'occuper de leur position par rapport aux doigts. Pour pouvoir boucher les trous facilement, il invente un système de clés qui permet d'ouvrir et fermer plusieurs trous avec un seul doigt. Le métal commence à remplacer le bois et le son devient plus puissant.

LE PICCOLO

 Le piccolo est une flûte traversière miniature. Deux fois plus petit, il sonne deux fois plus aigu. Le plus souvent en bois, il existe aussi en maillechort (alliage de cuivre, de zinc et de nickel) ou en plastique. C'est l'instrument le plus aigu de l'orchestre, dont le son strident peut dominer tous les autres..

AUTRES FLÛTES

La flûte alto : Plus longue que la grande flûte, elle est donc aussi plus grave. La flûte alto est en sol. C'est un instrument transpositeur.

La flûte basse: Elle sonne une octave plus bas que la grande flûte : elle est en ut grave. C'est un instrument transpositeur. Elle est si grande que la tête est recourbée pour permettre à l'instrumentiste d'en jouer aisément. Elle n'est pas encore utilisée dans l'orchestre.

 

GLOCKENSPIEL

Ses lames métalliques, plus petites que celles du vibraphone, sont frappées avec des baguettes de laiton. Employé dans l'orchestre depuis le XIXe siècle, le glockenspiel a un cousin à touches que l'on peut entendre dans La Flûte enchantée de Mozart.

GONG

Venu d'Asie, ce grand disque de bronze fondu offre une sonorité ample et majestueuse qui sied aux instants solennels.

GROSSE CAISSE

C'est le plus grave des instruments à peau. On en joue avec des mailloches au sein de l'orchestre, ou avec une pédale actionnée au pied dans la batterie.

HAUTBOIS

Son timbre légèrement nasillard est bien caractéristique. Il s'appelle hautbois car il est en bois et qu'il jouait "haut" autrefois, c'est-à-dire aigu et fort. Sa sonorité est maintenant plus douce et il est considéré comme l'instrument juste par excellence puisque c'est lui qui donne le la aux autres instruments de l'orchestre.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Son ancêtre lointain venait d'Egypte. Adopté par les Grecs, fait d'un tronçon de bois ou de bambou, il s'appelle alors "aulos". Il fallait souffler si fort pour en jouer que le musicien s'appliquait une sorte de muselière pour diminuer la fatigue des joues.

Moyen Age : VIe-XVe siècle L'ancêtre direct du hautbois s'appelait la "chalemie". Faite d'une seule pièce, c'était un instrument puissant, dont on jouait en plein air. Pendant longtemps, on le joua en bande.

Baroque : XVIIe siècle Les artisans français Hotteterre et Philidor améliorent la chalemie. Ils construisent l'instrument en trois parties, avec une perce plus étroite et ajoutent des clés. Le son devient ainsi plus doux, et on peut jouer de cet instrument en intérieur en l’associant aux violons. C'est Lully qui le fait entrer dans l'orchestre.

Classicisme : XVIIIe siècle Il se répand dans toute l'Europe et devient peu à peu un instrument soliste. De nombreux compositeurs écrivent des concertos et de la musique de chambre pour hautbois.

Romantisme : XIXe siècle Le facteur d'instruments français Triebert réduit la perce de l'instrument pour pouvoir lui adapter le système de clés de Böhm : c'est notre hautbois moderne.

AUTRES HAUTBOIS

Le cor anglais: Son nom vient, dit-on, du fait qu'autrefois le corps de l'instrument était "anglé" (avec un angle). Par déformation, l'instrument au corps "anglé" est devenu le cor anglais.Il possède un pavillon piriforme (en forme de poire), et son bocal est légèrement courbé.

Le cor anglais est en fa. C'est un instrument transpositeur. Son timbre est mélancolique, doux, et on lui confie souvent de belles mélodies.

MARACAS

Les maracas, que l'on trouve en Afrique et en Amérique du Sud, sont des calebasses séchées remplies de graines.

MARIMBA

Plus grave que le xylophone, dont il est inspiré, le marimba vient du Guatemala. Il apparaît dans l'orchestre vers 1950.

SAXOPHONE

Étrange instrument que le saxophone! En le regardant, on le classerait plutôt parmi les cuivres. Mais il est construit comme une clarinette avec son anche simple et son système de clés : c'est donc à la famille des bois qu'il appartient. Il est le dernier-né de la famille puisqu'il n'apparaît qu'en 1840.Il y a eu jusqu'à 14 saxophones différents, parmi eux, l'alto s'est imposé. Le jazz lui a donné ses lettres de noblesse, et c'est grâce à lui qu'il est devenu un instrument de l'orchestre.

HISTOIRE

Romantisme : XIXe siècle. C'est le Français Adolphe Sax qui inventa le saxophone au début du XIXe siècle. Il en construisit deux familles, la première pour l'orchestre, la deuxième pour les harmonies ou musiques militaires. Mais seule la deuxième famille est utilisée, et cela même dans l'orchestre.

Temps modernes : XXe siècle. Dès 1920, le jazz fait appel au saxophone, avec Sydney Bechet et surtout Coleman Hawkins, à qui l'on doit la technique des notes liées.

LE SAXOPHONE TÉNOR 

On le reconnaît à son bocal courbe ; il est aussi plus gros que l'alto. Sa sonorité est plus épaisse, son registre plus grave bien qu'il puisse atteindre un registre aigu équivalent à celui du soprano, grâce à de nouvelles techniques de jeu. Le saxophone ténor est en si bémol. C'est un instrument transpositeur.

LE SAXOPHONE BARYTON 

C'est le plus gros des quatre. Il sonne une octave plus grave que l'alto. Il se joue les lèvres moins serrées et moins tendues car sa colonne d'air est plus volumineuse. Le saxophone baryton est en mi bémol. C'est un instrument transpositeur.

AUTRE SAXOPHONE

Le saxophone soprano: Il est le plus petit des quatre, donc le plus aigu. On le reconnaît facilement grâce à son tube conique droit. Son registre grave est peu rigoureux, donc peu utilisé. C’est le saxophone le plus difficile à jouer juste. Le saxophone soprano est en si bémol. C'est un instrument transpositeur.

 

TAM-TAM

Le tam-tam est fait d'une plaque dont le diamètre varie entre 10 centimètres et 2 mètres. On le frappe avec les mains ou avec des baguettes. Il produit une vibration de longue durée et un son de forte puissance.

TAMBOUR DE BASQUE

Il est issu de la famille des tambours sur cadre – agrémentés de cymbalettes, d’anneaux, de grelots et de sonnailles diverses –, que l'on trouve aux quatre coins du monde dans les musiques traditionnelles.

TIMBALE

Longtemps limitée à deux notes, au service des armées et des fêtes d'apparat, la timbale a gagné ses lettres de noblesse depuis qu'elle sait moduler et jouer toutes les notes de la gamme.Très importante au sein de l'orchestre par sa stabilité rythmique et son pouvoir structurant, elle possède depuis peu un répertoire soliste virtuose qui exploite ses nombreuses possibilités.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Le "tympanon", un tambour sur cadre qui donnera son nom aux timbales, est employé au Moyen-Orient dès le VIIe siècle avant J.-C.

Moyen Age : VIe-XVe siècle Les "nacaires", d'origine arabe, apparaissent en Europe à partir du VIe siècle. L'usage de ces petites timbales se limite alors aux guerres, aux parades et à l'accompagnement d'autres instruments, surtout dans les musiques de danse.

Renaissance-baroque : XVIe-XVIIe siècle Les timbales sont jouées par paire dans la cavalerie, où elles doublent la partie grave des trompettes.

Classicisme : XVIIIe siècle Les timbales entrent dans l'orchestre pour les ouvertures, les marches, les ballets et la musique d'église. Elles deviennent peu à peu indépendantes des trompettes.

Romantisme : XIXe siècle L'invention de la clé unique facilite l'accord des timbales. Beethoven et Berlioz les utilisent sans retenue, parfois même en solo.

Temps modernes : XXe siècle L'apparition de la pédale permet au timbalier de changer très rapidement l'accord et de faire des glissandi. Les peaux en plastique, grâce à leur solidité et à leur fiabilité, vont détrôner les peaux animales. Certains compositeurs, comme Elliott Carter, n'hésitent plus à écrire des morceaux pour timbales seules.

TRIANGLE

Extrêmement rudimentaire, le triangle remonte à l'âge du fer, où il a peut-être été un objet sonore avant de devenir un instrument de musique.Son timbre brillant et perçant lui permet d'être toujours entendu et de tirer vers l'aigu le timbre de l'orchestre.

HISTOIRE

Moyen Age : VIe-XVe siècle. Il est alors muni d'anneaux qui vibrent quand on le joue. Ce procédé qui consiste à se servir d’un corps vibrant parasite est utilisé avec beaucoup d'instruments traditionnels.

Classicisme-temps modernes : XVIIIe-XXe siècle Mozart l'incorpore à l'orchestre dans L'Enlèvement au sérail. Son timbre fin mais perçant lui permet d'être entendu même quand tout l'orchestre joue.

TROMBONE

Née au XVe siècle dans les cours italiennes, cette sorte de trompette à coulisse est devenue très vite le plus célèbre des instruments à vent graves. Le trombone se divise en deux parties : le pavillon et la coulisse. Dans l'orchestre, les trombonistes forment une équipe de trois musiciens qui, autrefois, jouaient sur trois instruments différents : alto, ténor, basse. Aujourd'hui, les trois trombonistes jouent sur des instruments ténor.

HISTOIRE

Moyen Age-Renaissance : VIe-XVIe siècle Il n'est pas connu avant cette époque. Au Moyen Age, il s'appelle "saqueboute", du nom d'une arme qui servait à désarçonner les cavaliers, et donne naissance au XVIe siècle à toute une famille d'instruments absolument semblables aux trombones actuels.

Baroque : XVIIe siècle Très apprécié à l'époque baroque, il est, grâce à sa coulisse, le seul instrument à vent à pouvoir rivaliser en virtuosité avec le violon. Il joue alors souvent la voix importante dans les messes. Il en existe à l'époque toute une famille, de l'alto à la contrebasse.

Romantisme : XIXe siècle Alors qu'il était un peu oublié au XVIIIe siècle, Beethoven le fait redécouvrir. On tente à cette époque de remplacer la coulisse par 3 pistons. Mais ce modèle ne s'impose pas dans l'orchestre, et le trombone à pistons trouvera plutôt sa place dans les fanfares.

Temps modernes : XXe siècle Au XXe siècle, il tient un rôle important et notamment de soliste dans la musique de jazz et la musique contemporaine.

TROMPETTE

C'est le plus petit (et donc le plus aigu) de tous les cuivres, et c'est aussi le plus connu. La trompette a un son éclatant. Depuis l'Antiquité, elle rythme les cérémonies de la vie quotidienne. C'est pour elle que l'Allemand Stölzel invente les pistons en 1815. La trompette peut ainsi monter tous les degrés de la gamme chromatique.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Dans l'Antiquité, la trompette n'était qu'un tuyau tout droit, d'abord en bois, puis en métal. Elle servait pendant la guerre et les cérémonies religieuses. Le son très puissant de la trompette inspirait la terreur. Il ressemblait au braiment d'un âne. Considérée comme un précieux butin de guerre, elle pénétra en Occident au moment des croisades.

Moyen Age : VIe-XVe siècle Au XIVe siècle, pour éviter que ces longs tuyaux ne se tordent, on leur donna la forme d'un S. Les trompettistes étaient mieux considérés que les autres musiciens. Ils étaient au service des cours princières et des villes, car une troupe de trompettistes était un signe de puissance.

Baroque : XVIIe siècle Ce n'est qu'au XVIIe siècle que la trompette entre dans les orchestres. Pour la première fois, son rôle n'est plus seulement de faire du bruit, signe de puissance, mais de jouer de la musique. C'est Monteverdi qui l'introduit dans l'opéra Orfeo en 1607. Son timbre est clair et puissant. Elle est donc utilisée pour les musiques de fête, religieuses et toutes les musiques jouées en extérieur.

Romantisme : XIXe siècle Au début du XIXe siècle, grâce à l'invention des pistons, qui permettent de modifier la longueur du tube, et donc la hauteur des sons, la trompette peut enfin jouer toutes les notes de la gamme.

Temps modernes : XXe siècle Au XXe siècle, la trompette tient un rôle de plus en plus important en raison de l'apparition du jazz. Les solos de trompette de Louis Armstrong ou de Miles Davis restent dans toutes les mémoires.

TUBA

C'est la basse et le plus gros instrument à pistons du groupe des cuivres. Né au siècle dernier, il s'appelait alors "bombardon". Dans les fanfares, l'harmonie et la musique militaire, il est appelé "basse d'harmonie". A l'orchestre, l'instrumentiste est assis à côté des trois trombones.

HISTOIRE

Romantisme : XIXe siècle: Construit à l'origine pour les militaires prussiens, le tuba apparaît en Allemagne vers 1835. En 1840, Adolphe Sax perfectionne l'instrument et essaie de créer une unité dans la famille. Appelés en France les saxhorns, ils sont les plus graves des cuivres.

VIBRAPHONE

Inventé en 1920, le vibraphone rendu célèbre par Lionel Hampton et Milt Jackson, est utilisé en jazz et en variétés. Comme le piano, il possède une pédale qui permet de prolonger la résonance des lames métalliques. Il apparaît dans l'orchestre vers 1950.

WOODBLOCK

Le wood-block est un morceau de bois creux sur lequel on frappe. En Asie, certains de ces instruments sont de grande taille et émettent un son rond et chaud, et d’autres, de petite taille, un son suraigu.

XYLOPHONE

Brillant et propice à la virtuosité, c'est le plus aigu des claviers à lames de bois. Il apparaît dans l'orchestre avec la Danse macabre de Saint-Saëns.A partir de 1950, Boulez dans Le Marteau sans maître et Messiaen dans Des canyons aux étoiles développent encore son caractère de soliste rythmique et mélodique.

HISTOIRE

Antiquité : 4000 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. Le premier instrument à clavier connu date de la Préhistoire : c'est un lithophone (à lames de pierres taillées) découvert au Viêt-nam.

Moyen Age-baroque : VIe-XVIIe siècle En Europe, on connaît alors l'échelette, à la tessiture limitée, mais qui va grandir et devenir le xylophone d'aujourd'hui.

Romantisme-temps modernes : XIXe-XXe siècle Le xylophone est utilisé dans l'orchestre depuis la fin du siècle dernier, surtout pour des traits rapides et brillants.